« CHIMÈRE DE SOI » ¹ , projet TRACES ET REGARD CROISÉS

CHIMERE-DE-SOI Traces et Regards croises F-Burkha 29-04-2018

Chaque événement inscrit dans la mémoire constitue un élément de la « chimère de soi »¹).

1) Si le projet, de représentation théâtrale statique, « TRACES ET REGARD CROISÉS » est parti d’une citation de Gabriel García Márquez (La vida no es la que uno vivió, sino la que uno recuerda y cómo la recuerda para contarla) les extraits de texte ci-dessous le définissent. Tous ces extraits sont tirés du livre de Boris Cyrulnik « Sauve-toi, la vie t’appelle »

Dans une chimère, tout est vrai: le ventre est d’un taureau, Les ailes d’un aigle et la tête d’un lion. Pourtant, un tel animal n’existe pas. Ou plutôt, il n’existe que dans la représentation. Toutes les images mises en mémoire sont vraies. C’est la recomposition qui arrange les souvenirs pour en faire une histoire.

… C’est l’enchaînement des fragments de mémoire qui donne cohérence à la représentation du passé – en agençant quelques souvenirs épars.

Le mot « représentation » est celui qui convient. Les souvenirs ne font pas revenir le réel, ils agencent des morceaux de vérité pour en faire une représentation dans notre théâtre intime.COLIBRI Traces et Regards croises F-Burkha mai-2018

Le film que nous projetons dans notre monde physique est l’aboutissement de notre histoire et de nos relations. Quand nous sommes heureux nous allons chercher dans notre mémoire quelques fragments de vérité que nous assemblons pour donner cohérence au bien-être que nous ressentons. En cas de malheur. Nous irons chercher d’autres morceaux de vérité qui donneront eux aussi cohérence à notre souffrance.

Dans tous les cas, ce sera vrai comme sont vraies les chimères, ces monstres imaginaires ou tous les éléments sont vrais.

Mais le récit du [ ] passé dépend autant de la personne que nous sommes au moment où nous y pensons que de la personne avec qui nous parlons. Aucune Histoire n’est innocente. Raconter, c’est se mettre en danger. Se taire, c’est s’isoler.

J’en ai conclu que toute mémoire, tout récit de soi est une représentation de son passé. Mais on n’invente pas à partir de rien, on ne peut rien raconter si on a rien vécu. Il faut du vrai pour fouiller dans sa mémoire et trouver de quoi en faire une représentation, au théâtre de soi.

CHIMERE-DE-SOI F-Burkha 2018

 

Une réflexion sur “« CHIMÈRE DE SOI » ¹ , projet TRACES ET REGARD CROISÉS

  1. Pingback: CHIMÈRE, sculpture en cours de réalisation | Federico Burkha's Weblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :